Qu’est-ce que l’orthokératologie ?

Qu’est-ce que l’orthokératologie ?

Méconnue, l’orthokératologie ou la correction de la myopie grâce au remodelage cornéen la nuit, fonctionne extrêmement bien chez les enfants. Comment ça marche et combien ça coute ? Et pour les adultes?

 

En France, le taux de myopes est de 40 % dont 25 à 30 % sont des jeunes de 16 à 24 ans ! Et parmi les méthodes qui existent pour corriger la myopie, (lunettes, lentilles ou chirurgie laser pour les adultes), on cite rarement l’orthokératologie, une technique qui n’est pas, à proprement parler, nouvelle puisqu’elle existe depuis les années 1960 ! Mais douce, pratique, sans danger, sans douleur et complètement réversible, l’orthokératologie, aussi appelée ortho-K, offre pourtant des avantages indéniables, en particulier chez les plus jeunes. Alors en quoi consiste cette technique ? À qui est-elle destinée ? Et quel est son prix ?

En quoi consiste l’orthokératologie?

Le principe de l’orthokératologie est assez simple. Comme l’explique le docteur Adrien Sarfati ophtalmologue contactologue à l’Hôtel Dieu, « ce sont des lentilles de port nocturne pour une correction diurne de la myopie. » Autrement dit, il s’agit de porter, pendant le sommeil, des lentilles rigides qui exercent une pression spécifique sur la cornée et plus particulièrement sur l’épithélium cornéen. Ces lentilles, fabriquées sur mesure en fonction de la forme de l’œil et de la vision du patient, remodèlent la courbure de la cornée et de ce fait corrigent la myopie de façon temporaire. Ainsi plus besoin de lunettes ou de lentilles pour bien voir dans la journée puisqu’au matin, après le retrait des lentilles, la vue est parfaitement claire et nette. En moyenne, poursuit l’ophtalmologue, « la personne garde une acuité visuelle stable pendant près de 16 heures ! ».

Totalement réversible Excellente alternative à la chirurgie réfractive – en particulier pour les personnes qui ne sont pas prêtes ou qui pour diverses raisons ne peuvent prétendre à la chirurgie – l’ orthokératologie est donc une technique très sûre, pratique et surtout complètement réversible. Le remodelage de l’épithélium se fait progressivement tout au long de la nuit (il faut porter les lentilles au moins 7 /8 heures pour que cela soit efficace) et dès lors que l’on arrête le traitement, l’épithélium reprend sa forme initiale au bout de 24 à 48 heures. Et il faut savoir que la vitesse du traitement dépend du défaut visuel de la personne. Ainsi pour certains, l’amélioration de la vision est appréciée dès la première nuit de port, d’autres en revanche devront attendre quelques nuits pour arriver à une très bonne vision. En général, les résultats sont satisfaisants au bout d’une semaine en fonction du degré d’amétropie et du temps de port et se stabilisent après trois semaines de port

Orthokératologie : Qui peut en bénéficier?

Et si les adultes peuvent parfois se plaindre d’effets secondaires, comme des halos, les enfants eux en revanche, ne sont pas sujets à ce type de gêne. « La première indication de l’ortho-K, indique le docteur Sarfati, est la myopie. Ces lentilles sont particulièrement adaptées aux myopes de tous les âges qui ne dépassent pas 6 dioptries, soit de moins 0, 75 à moins 6. Mais de nombreux progrès techniques ont permis d’élargir la prise en charge, on peut donc aussi corriger les astigmates jusqu’à 3 dioptries.

Et même les hypermétropes, qui sont à la fois hypermétropes et presbytes, jusqu’à plus de 4 dioptries. Mais ce qui est très intéressant c’est que l’on s’est rendu compte que cette technique permettait de freiner l’évolution de la myopie et qu’elle était donc tout indiquée chez les enfants. On préconise les lentilles d’ortho-K aux enfants à partir de 8/10 ans mais il n’y a pas vraiment de règle précise car bien souvent, tout est une question de contexte. Lorsque les deux parents sont aguerris, qu’ils portent eux mêmes des lentilles depuis un moment, les choses se passent très facilement. »

De réels bénéfices

« Et à partir du moment où l’enfant est capable de mettre seul ses lentilles et qu’il respecte bien les règles d’hygiène … J’ai des petites patientes de 6 ans qui manipulent leurs lentilles matin et soir sans aucune difficulté ! Mais j’ai aussi constaté que les garçons sont un peu plus feignants que les filles et qu’ils vivent moins bien la contrainte!» Incontestablement le gros avantage de l’ortho-K chez les enfants, c’est qu’ils ne manipulent leurs lentilles qu’à la maison, ce qui induit moins de risques infectieux et moins de problèmes de casse ou de perte. Et surtout plus besoin de recourir à un PAI (Projet d’accueil individualisé) pour notifier au personnel enseignant les gestes appropriés! En fait, l’ortho-K apporte une vraie sécurité aux parents et une grande liberté aux enfants.

Une hygiène irréprochable

« Et puis les enfants qui pratiquent un sport, comme l’équitation et la natation » , poursuit le docteur Sarfati, parfois à haut niveau, sont vraiment contents d’être libérés de leurs lentilles ou de leurs lunettes. Ça leur change totalement la vie ! Ils ont souvent moins d’à priori que leurs parents car dès qu’ils sentent un vrai bienfait, que leur vision est améliorée, ils s’y mettent très rapidement. Ils sont plus ouverts et ne voient que le coté positif de cette technique. Cela étant, il est crucial d’insister sur un point: l’hygiène, en particulier durant les vacances. Par exemple, si les enfants partent en colonie, et qu’il y a de fortes présomptions que les conditions d’hygiène ne soient pas respectées, il faut vraiment durant cette période arrêter le traitement et leur redonner leurs lunettes. C’est vraiment très important.»

Un suivi strict et régulier

Quand aux contre-indications, elles existent mais sont relativement rares. En cas de pathologies de surface, comme des infections, de l’herpès, on déconseille bien sûr de recourir à l’ orthokératologie. On ne recommande pas non plus cette technique aux personnes très très allergiques.  De même, il peut exister des contre indications de mesure, à savoir, si la personne est très myope avec un ceil très plat, cela risque de ne pas fonctionner. Il est certain que l’adaptation à ce type de traitement nécessite un suivi régulier et strict. Alors afin d’éviter toute déconvenue, il est important de s’adresser à un ophtahnologue-contactologue, formé à l’orthokératologie, lui seul est habilité à prescrire ce type de lentilles. Les opticiens, eux, ne sont nullement autorisés à le faire.

Orthokératologie : le prix

En France, peu de laboratoires proposent les lentilles d’ortho-K (Menicon, Precilens), les prix restent donc élevés, environ 400 €, prix auquel il faudra ajouter les honoraires de l’ophtalmologue pour l’adaptation des lentilles, soit entre 250 et 400 € suivant le lieu de résidence. Pour les plus jeunes, les laboratoires proposent des packs junior, jusqu’à 17 ans, autour des 300 € avec une garantie casse et perte. Il en existe aussi pour les étudiants mais sans cette garantie. L’orthokératologie n’est pas entièrement couverte par la Sécurité sociale ni par toutes les mutuelles et il est conseillé de renouveler les lentilles tous les 12 à 18 mois. Cette technique de correction reste donc plus onéreuse que les traditionnelles lunettes ou lentilles de contact, mais elle offre un confort inégalable et bénéfice non négligeable, parvient à freiner l’évolution de la myopie !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *